6 octobre 2015

Ça t'apprendra à vivre de Jeanne Benameur

(Editions Babel, 2012, 112 pages)
1958, en Algérie.
Une petite fille raconte son quotidien , dans une prison.
Son papa est arabe et gardien de prison. Sa maman est blonde et italienne.
Durant la guerre d'Algérie, ils ne sont bienvenus nulle part.
Ils s'enfuient en France.
Là encore, le quotidien est compliqué.
Avec son regard de petite fille, elle évoque l'exil, le manque de liberté, la cohabitation avec les prisonniers.
Elle parle de la violence, de l'exclusion , de la méchanceté.
Elle parle de son admiration pour son papa, avec ses défauts.

C'est un moment de poésie malgré les sujets durs évoqués.
Sans concession, Jeanne Benameur parle de la guerre, de la violence, de l'amour, des doutes, ...

Une belle lecture.
D'autres romans du même auteur : une heure, une vie , Pas assez pour faire une femme , Les reliques.


6 commentaires:

  1. Je ne l'ai pas lu celui-là, je le note, j'aime l'écriture de l'auteure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une très belle écriture, avec de la poésie.

      Supprimer
  2. Ce n'est pas mon préféré de Jeanne Benameur, loin de là, mais c'est un livre intéressant.

    RépondreSupprimer
  3. J'avais trouvé ce livre assez terrible et triste... et comme Saxaoul ce n'est pas mon préféré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est triste mais il reste tout de même de la poésie dans l'écriture.

      Supprimer

Merci pour vos commentaires.
Je vous réponds ici dès que possible.