21 janvier 2016

Laver les ombres de Jeanne Benameur

(Editions Babel, Actes Sud, 157 pages , 2008)
Jeanne Benameur nous entraîne , une fois encore avec beaucoup de poésie, dans les tourments de Léa et de sa maman Romilda.
Léa est chorégraphe. Pas toujours à l'aise avec son corps, elle fuit l'amour.
Sa maman est prostrée, enchaînée à un secret trop lourd à porter.
Un soir de tempête, Léa et sa maman vont échanger.
L'une va dire l'indicible et l'autre va écouter l'inimaginable.

Des mots poignants, des situations blessantes, une tempête, de l'amour, du désarroi,...
Jeanne Benameur nous entraîne dans une situation qui nous dépasse.
Elle nous happe avec ses mots et le rythme changeant de ses phrases.

Un très beau moment de lecture.


8 commentaires:

  1. J'ai beaucoup aimé ce roman également.

    RépondreSupprimer
  2. Un grand grand moment de lecture moi aussi avec ce roman, on est bousculé et ému... Mais comme toujours avec Jeanne Benameur (c'est une de mes auteures fétiches, j'ai encore au moins 2 titres à elle qui m'attendent dans ma PAL)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai d'autres à lire aussi . Regarde ma PAL et on se lance dans une lecture commune?

      Supprimer
  3. Moi j'aime bien ton "book journal" ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est étrange! Mais qui me l'a offert ???

      Supprimer
  4. C'est drôle, je viens de le terminer. Je crois que le style d'écriture de cet ouvrage est trop poétique pour moi. Mais l'histoire est tellement belle que je suis restée jusqu'au bout !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a beaucoup de poésie chez Jeanne Benameur. C'est ce qui plait ...

      Supprimer

Merci pour vos commentaires.
Je vous réponds ici dès que possible.