22 avril 2016

La couleur du lait de Nell Leyshon

(Editions 10/18, 187 pages, 2012)
Mary est une jeune fille qui vit dans une ferme.
Chaque jour, elle travaille dur avec ces trois sœurs, son père et sa mère.
Son grand-père, lui, se repose. Il est celui qui lui permet de rire et surtout, celui qui l'écoute.
1830, une année qui va changer sa vie.
Elle est envoyée comme bonne chez le pasteur Graham.
Elle doit aider et réconforter son épouse très malade.
Son quotidien et son monde changent. Peut-être un peu trop.
Elle garde tout de même sa franchise, son naturel et son optimisme.
Jusqu'à....

C'est elle qui écrit et parle dans ce roman.
C'est étrange au départ car il n'y a pas de majuscules et elle écrit comme elle parle.

la cour de la ferme était déserte.j'ai rentré par la souillarde où qu'on range les seaux de lait, les barattes et les mottes de beurre.

Une lecture agréable, pleine de bon sens.

des fois la mémoire c'est bien car sans les souvenirs il ne reste rien de la vie.mais d'autres fois elle retient des choses qu'on préférerait oublier et après on a beau essayer de s'en débarrasser elles reviennent quand même.


2 commentaires:

  1. Un titre noté depuis sa sortie pour moi, ça commence à dater !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui ! Tu vois ce qui te reste à faire :)

      Supprimer

Merci pour vos commentaires.
Je vous réponds ici dès que possible.